Wednesday, November 19, 2014

délcieuse angoisse d'être..



Albert Camus: Noces, (suivi de) L'été, Éditions Gallimard, 1959

DE La mer au plus près (in L'été):

         " ... Un brusque amour, une grande oeuvre, un acte décisif, une pensée qui transfigure, à certains moments donnent la même intolérable anxiété, doublée d'un attrait irrésistible. Délicieuse angoisse d'être, proximité exquise d'un danger dont nous ne connaissons pas le nom, vivre, alors, est-ce courir à sa perte? À nouveau, sans répit, courons à notre perte.



           J'ai toujours eu l'impression de vivre en haut mer, menacé, au coeur d'un bonheur royal."




No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.